Bien-être & santé au naturel Food Craving Nutrition

Le Food Craving !

Vous avez des envies irrépressibles de manger tout et n’importe quoi à n’importe quel moment de la journée ou pire de la nuit ?
Les livreurs font partie prenante de votre vie ? votre numéro de téléphone traîne chez tous les fast-food du coin ? Vos placards sont bourrés de friandises, chocolat et gâteaux. Les pots de Nutella se vident à vue d’œil ?
Vous êtes certainement sujet à ce que nos amis anglo-saxons appellent “food craving” , des fringales incontrôlables qui finissent souvent en kilos superflus, en bourrelets et en cellulite.

Il faut comprendre que ce phénomène n’a rien à voir avec le fait d’avoir faim .
Il s’agit surtout d’une pulsion alimentaire qui vous pousse à avaler tout ce qui vous passe par la main .Comment peut-on alors faire la différence entre une crise de “food craving ” et un petit creux déclenché par la faim?

L’astuce est très simple, commencez par boire de l’eau, souvent nous pensons avoir faim alors qu’il s’agit plutôt d’une petite soif.

Ensuite, faites autres choses, occupez-vous, lisez, surfez sur le net, papotez au téléphone…si au bout d’un quart d’heure, vous n’avez plus faim, c’est qu’il s’agissait certainement d’une crise de “craving food” et vous venez de vous épargner des calories inutiles qui allaient s’installer sur vos poignées d’amour ou culotte de cheval. Si la faim persiste, c’est qu’il est temps pour vous de vous mettre à table et de prendre le temps de manger correctement ou de faire une collation.
On ne répétera jamais assez que pour éviter ce genre de comportement compulsif ou “food craving”, il faut opter pour une alimentation saine , sans privation, des horaires de repas cohérents. S’attabler et prendre le temps de savourer son repas sont primordiales.
Il est aussi recommandé de faire une activité physique plaisante et boire de l’eau.
Ceci dit , le “food craving” est souvent lié à notre état émotionnel, nos frustrations et nos blessures. Un cycle vicieux où la nourriture devient une fausse consolation, un réconfort qui coûtera cher plus tard. Dans ce cas, l’alimentation ne sert plus de moteur pour notre corps mais de “refuge” où nous déversons nos émotions, et … nous “gagnons” du poids.
Notons que chez la femme , le syndrome prémenstruel vient aggraver ces crises de ” food craving ” qui de manière générale est plus touchée que son partenaire masculin …injuste me direz -vous , je le pense aussi .

Il est important de rappeler que si vous n’arrivez pas à stabiliser votre poids, que les kilos s’accumulent désespérément, que vous n’arrivez pas à contrôler vos envies impérieuses de manger, il est plutôt conseillé d’aller voir un thérapeute qui vous aidera à surmonter ces crises. La visite d’un nutritionniste ou diététicien reste indispensable.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *